Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 10:18
Voici, en ce beau jour anniversaire
Ou je perpétue mes vingt ans de l'âme
Un poème que j'ai eu plaisir à faire
Avec ma muse qui le déclame.



L' automne vient déposer ses couleurs

Pour égayer les costumes de bal

Aux feuilles des arbres maître-danseurs .

Le vent dirige son oeuvre orchestrale

Il fait répéter les belles danseuses

A la barre fixe au bout de leurs branches.

Au sol, c'est la préparation fièvreuse

Aussi tout le monde s'endimanche.

Les fougères aux dentelles rousses

Courbent mollement les bras vers le bas

Quand les asters redressent leurs frimousses.

La nature pour son ultime gala

Quitte l' habit vert académicien

Pour le bigarré du saltimbanque.

Aux trois coups frappés par ce magicien

( Pour ce grand final rien ne manque ) 

Commence un mélancolique ballet .

Une valse tournoyante, aérienne

Puis des sauts, des rondes sans arrêt

Jusqu' aux vivas de la pluie qui retiennent

Les danseuses ruisselantes sur la scène .

.

Jeansanterre, le 7 Octobre 2009

* * *
Les danseuses épuisées épousent l'herbe mouillée
Le vent n'a plus sur elles aucune emprise.
Frissonnantes, se tournent vers le ciel embrumé
En priant le soleil de chauffer leur chemise

Rainbow, le 7 Octobre 2009


* * *
....Alors Le Soleil se fait Complice et Magnanime
De ce Joyeux Ballet Improvisé
Et cette Nature Chatoyante ainsi Parée...L' Illumine
Et Il Ordonne La Saison Sereine ....l'Automne peut s'Inviter .....

Harmony, le 8  Octobre 2009

Partager cet article

Repost 0
Published by JEANSANTERRE - dans poésie
commenter cet article

commentaires

gegouska 26/10/2009 18:42


Bonsoir l'automne cette amie multicolore, irise ma campagne de ses feux mordorés.
Bonne soirée


une S.B.F....(Sans Blog Fixe...) 15/10/2009 15:33


nul besoin de Merci...

Dans cette perception au delà du langage,

Nos  mots sont  des mains qui se tendent,

 Des murmures qui frôlent, et touchent l'essentiel

Oui des mots toujours ...ils existent-ils sont là,

 

 Ils  ne suggèrent rien mais nous invitent à passer la porte.

À voyager à imaginer...

À franchir le pont.

La mise en acte du mot dans l'urgence du dire ...

 

Quand L’inattendu reste à venir,

Quand L’inexploré reste à  dire,

Écoutons le nous survivre,

Ce dernier mot qui se soupire

 

.

Les  mots ricochent, à fleur de peau, et l'un entraîne l'autre,

 Ils n'esquissent pas le rêve mais le possible...

Intemporels, ils n'imaginent pas,

Mais ils composent des horizons qui trouvent corps dans le sensible

 

. Et C’est dans ces non-dits si éloquents que transparaît vraiment ce que nous sommes.

 

 

----


Ecrire n'est rien;

Et  pourtant que vaudrait le silence sans les mots pour le dire ?


Lire n'est rien;

Et pourtant que vaudrait la phrase sans le coeur pour la lire ?

....

et je sais votre âme pleine,

de ces mots qui ne se disent pas

mais qui se ressentent....



Jeansanterre 14/10/2009 23:54


Saurais je jamais vous remercier à la hauteur de l'estime que vous m'accordez ?
De toute mon âme MERCI ! AMITIE. Jeansanterre.


une S.B.F....(Sans Blog Fixe...) 14/10/2009 23:13


je voulais écrire par le "Truchement" ....désolée...


une S.B.F....(Sans Blog Fixe...) 14/10/2009 23:11


bonjour cher poète...
le facteur m'a bien déposé votre lettre à laquelle hélas le temps ne m'a pas permis ( encore ) de répondre ...
j'ai joie de vous retrouver ici par le cruchement de Dieu hasard qui sait si bien faire les choses parfois...
juste quelques mots pour vous dire ...
que même loin,


Je resterai la pierre qui roule sous vos pieds,
Je resterai l'écume recouvrant vos rochers,

Je resterai l'amarre accrochée à un quai,
Je resterai la houle empruntée aux marées,

Immobile passante impuissant à tracer,
Je resterai la pierre qui roule sous vos pieds,

Mais pour cerner l'iris persistant de vos yeux,
Je deviendrai leur centre à l'aube du soyeux.





Présentation

  • : Le blog de JEANSANTERRE
  • Le blog de JEANSANTERRE
  • : Ah! l' Inspiration suberbe et souveraine, L'Egérie aux regards lumineux et profonds, . . . . . . . .La Colombe, le Saint-Esprit, le Saint-Délire, Les Troubles Opportuns, les Transports complaisants, Gabriel et son luth, Apollon et sa lyre, Ah ! l'Inspiration, on l'évoque à seize ans ! . . . . . . . . . . . -- Paul VERLAINE -- Moi , j'aurai toujours seize ans ! Jeansanterre
  • Contact

Recherche