Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 12:23

Décembre à étendu sur elle son blanc linceul.

L’année mourante, en gémissements ultimes,

Glisse dans la tombe de l’oubli, un abîme.

Privé de souvenirs, on se retrouve seul

 

Et, pris de vertiges devant les temps incertains,

On s’inquiète, on questionne sur les augures,

On espère des jours meilleurs, une paix sûre,

On consulte des mages, scrutateurs du destin.

 

Je n’ai (pas) peur du lendemain, qu’il pleure ou sourie,

Car tu es avec moi, mon aimée, ma chérie.

Plus fort que toutes les adversités, l’amour

 

Nous porte et protège de son aile déployée.

Nous n’avons plus de calendrier pour nos jours

Car l’éternité s’offre à nos deux cœurs liés

 

Jeansanterre , le 29 Décembre 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by JEANSANTERRE - dans poésie
commenter cet article

commentaires

zouzounette40 02/02/2011 20:44



Bonsoir Jean....


juste un petit mot pour te dire ma peine....


nous avons perdu YSENGRIN...le poète merveilleux le Loup courageux....


nous a quitté avant hier soir...il a fini sa souffrance ...


je lui dédie un article demain ...ça me fait beaucoup de  chagrin..


bisous à toi


j'espère que tout roule pour Toi.............



rainbow 29/01/2011 23:42



Bonsoir Jean. Que c'est bon de t'imaginer en train de ronronner de bonheur alors que tes amis essaient de glaner un peu de ta présence sur ton blog ! Fais de ton amour des saisons éternelles
nimbées de douce lumière. Je me retire à pas de loups. Bisous ami



Primavera 28/01/2011 15:18






Bonjour Jean,


Il y a fort longtemps que je ne suis passée te lire, je reviens de chez Citadrime, Un peu tard, mais il reste encore quelques jours pour te souhaiter une belle et heureuse année 2011 et beaucoup
de bonheur.


Très bonne fin d'année.


Bisous


Prima



citadrime 27/01/2011 18:59



Tiens pour toi ! Je t'embrasse ! Je le mets chez moi aussi !


*******************************


Timide pointa son nez dans la toile des rimes


Lire les poésies attisait son désir


Mais il n’osait poser sa plume pour écrire


Se croyant incapable du souffle qui s’exprime


 


Timide, cabossé avait perdu la foi


L’espoir qui sait donner quelque confiance en soi


L’amour l’avait laissé sur le bord de la route


Son âme torturée le plongeait dans le doute


 


Timide commença par un bouquet de strophes


Juste quelques petits pas pour sonder les échos


Des compères en joie de lire ses jolis mots


Quand timide déjà voyait la catastrophe !


 


Timide déploya la palette irisée


D’un chantre troubadour au talent confirmé


En glissant sur la feuille sa générosité


De sa pâte sensible souvent nous bouleversait


 


Car s’il nous régalait des ses vers bien tournés


Nous avions de la peine pour son manque d’amour


Il aurait bien voulu tous ses vers déclamer


A une belle muse qu’aimerait chaque jour


 


Mais il m’a bien semblé que notre ménestrel


S’affaire depuis peu aux choses essentielles


Sa vie est sérénade chantée au clair de lune


L’amour au quotidien est bien mieux que la plume !



sucramus 17/01/2011 15:29



Alleluia !!!!!!


Avec mes sucramitiés



Présentation

  • : Le blog de JEANSANTERRE
  • Le blog de JEANSANTERRE
  • : Ah! l' Inspiration suberbe et souveraine, L'Egérie aux regards lumineux et profonds, . . . . . . . .La Colombe, le Saint-Esprit, le Saint-Délire, Les Troubles Opportuns, les Transports complaisants, Gabriel et son luth, Apollon et sa lyre, Ah ! l'Inspiration, on l'évoque à seize ans ! . . . . . . . . . . . -- Paul VERLAINE -- Moi , j'aurai toujours seize ans ! Jeansanterre
  • Contact

Recherche